Skip links

Démentir la très répandue théorie du fit

Quelle est la phrase qui suit le plus souvent après « Félicitations, vous êtes embauché »? « Vous êtes vraiment un bon fit pour nous », évidemment! Recevoir ce compliment est certes flatteur, mais pourquoi les organisations accordent-elles une aussi grande importance au fit organisationnel? Dans un monde où tout est porté à changer rapidement, pourquoi les recruteurs cherchent-ils constamment à recruter des candidats aux personnalités et compétences similaires?

 

Le fit

Dans la littérature, les experts prônent qu’au-delà des compétences, il faut engager un fit pour l’organisation. Et ils n’ont pas tout à fait tort. Saviez-vous que certaines entreprises ont même instauré des « entretiens de fit » au processus de recrutement, déjà connu pour être trop long? En évaluant le fit d’un candidat, le recruteur vérifie si ce dernier prône des valeurs communes à celles de l’entreprise, si ses méthodes de travail sont compatibles avec celles déjà employées, si sa façon de gérer certaines situations s’arrime à la leur, etc. Il est tout à fait légitime de vérifier ces informations. Mais quand on sait que certains recruteurs iront jusqu’à refuser un candidat en raison d’un manque au niveau du fit, ce dernier détenant un bagage professionnel enviable et de solides compétences techniques, ne devrions-nous pas questionner nos façons de faire? N’y a-t-il pas quelques nuances à adresser?

 

Au-delà du fit

En recrutant de nouveaux talents, il est facile de tomber dans le piège du fit. Les recruteurs recherchent le fit parfait, cependant il y a une ligne à tracer pour éviter de se prendre le pied dans le piège, et voici pourquoi :

 

  • L’importance de la complémentarité

Imaginez que vous êtes pâtissier et vendez des cupcakes. Vos cupcakes sont à la vanille avec un délicieux glaçage au chocolat, ce sont les seuls que vous concoctez et ils sont très populaires. Face à la demande, vous engagez un pâtissier pour vous aider. Vous engagez un pâtissier qui, comme vous, se spécialise dans la préparation de cupcakes à la vanille avec glaçage au chocolat. Votre clientèle aime tellement vos cupcakes qu’elle souhaite goûter à de nouvelles confections! Mais vous ne pouvez pas en créer de nouvelles. Vous et votre nouveau collègue êtes spécialisés seulement en cupcakes à la vanille avec glaçage au chocolat. Vous me suivez? Si vous aviez engagé un pâtissier faisant des cupcakes au chocolat, ou un qui agrémente son crémage de garnitures, ou encore un qui ajoute du coulis de fraise dans ses cupcakes… Bref, si vous aviez engagé un pâtissier créant des cupcakes différemment, vous auriez été en mesure de vous diversifier pour la simple et bonne raison que vous et votre collègue auriez eu des forces complémentaires

 

  • S’adapter pour survivre

« Ça va vite » est une expression répandue – pour ne pas dire galvaudée – en organisation. Les mandats vont vite, les échéances arrivent vite, les imprévus arrivent encore plus vite… L’environnement qui gravite autour des organisations, pour sa part, évolue aussi très rapidement. Il change constamment. Quand les organisations arrivent à un plateau et se mettent à stagner, plus souvent qu’autrement, c’est dû à ces bonnes vieilles pantoufles qui sont si confortables… De là l’importance d’accepter – et d’apprendre à aimer – de se faire challenger! À mon avis, une organisation a tout à gagner d’engager des talents diversifiés : ouvrir ses horizons, c’est la meilleure façon de s’épanouir. La clé, en quelques mots : savoirs, savoir-faire et savoir-être variés. Sortez des sentiers battus! 

 

  • Et si vous vous trompiez?

Vous faites passer une candidate en entrevue. Elle a toutes les compétences et l’expérience recherchées, mais… Ça ne fit pas. Vous décidez de ne pas l’engager. Vous prenez la chance de laisser passer une candidate qualifiée parce qu’elle ne fit pas dans votre équipe. Avez-vous pensé à cette question : Et si vous vous trompiez? Et si le résultat de votre analyse concernant le fit vous avait menti? Il est important de se souvenir de ceci : tout le monde n’a pas la même aisance face aux entrevues; les mauvaises journées, ça arrive; se tromper, ça se peut! Pensez-y, la prochaine fois que vous refuserez une candidature pour « manque de fit ».

 

La nuance

Fondamentalement, la théorie du fit n’est pas farfelue. Il importe de recruter des talents qui seront capables de s’intégrer dans l’équipe et d’y faire leur place, tout en contribuant à maintenir une atmosphère de travail saine. Alors oui, il y a des éléments du fit qu’il est nécessaire de prendre en compte afin de conserver l’harmonie, tel que le partage de valeurs. Là où il faut éviter l’embûche, c’est lorsqu’on a entre les mains un candidat dont les compétences sont évidentes, mais qui nous challenge sur nos façons de faire et sur nos idées. Ce sont justement ces candidats, les moutons noirs, qui sauront apporter du neuf dans les équipes déjà en place. Les différences dans certains aspects sont nécessaires, parce qu’elles permettent aux organisations d’évoluer, tout comme aux gens qui les composent.

 

Par Ève Chaîné